Éditions

code EAN :
9782351220528


Parution : 23/05/2009
format 14x21
256 pages
23 euros
» Commander « retour
Email Facebook Twitter Google Plus

Le dévoiement du christianisme
Des origines au XVIIe siècle

Eric Coulon

«Être catholique, être protestant et être orthodoxe, c'est indifféremment être chrétien.» Cette affirmation est communément admise comme allant de soi. Ce livre soutient au contraire que ces trois religions se sont coupées de leur racine et qu'elles ont dévoyé l'esprit du christianisme. L'histoire qu'il propose n'est donc pas celle du christianisme, mais celle des causes, des étapes, des formes et des implications de son altération sous une forme hybride que nous nommons «chrétienté».

La «chrétienté» dont il est ici question a étendu son ombre sur le monde, elle a façonné les consciences et l'histoire européennes. C'est elle, directement ou en creux, qui a accouché des temps modernes et contemporains. Cette histoire doit ainsi nous aider à comprendre d'où nous venons, ce qui nous a conduits là où nous en sommes et quel enjeu représente l'individu, valorisé par le christianisme et combattu par la chrétienté.

Éric Coulon, philosophe, enseigne à Toulouse. Cofondateur de la revue électronique Le Vif du Sujet, il est l'auteur d'un essai sur la pensée de Raymond Abellio et le fondateur-organisateur des Rencontres de Seix (autour de l'oeuvre et de la pensée d'Abellio).

Presse :

[...] c'est un essai clair et hautement instructif, richement documenté, proposant un vaste tour d'horizon de l'histoire du christianisme depuis ses origines. Avec ce mérite à accorder à l'auteur: celui de ne pas accuser péremptoirement la religion de tel ou tel travers.
Marielle Lefebure – Critiques Libres

 

Extrait :

Ce qu'il faut donc dénoncer et éviter d'entretenir, ce n'est pas le christianisme dans son esprit, mais la chrétienté qui, sous la forme historique que nous lui connaissons et que nous exposons plus en détail dans le corps de ce livre, n'est autre qu'un dévoie(x)ment de cet esprit. La voix de Jésus-Christ est une voix s'exprimant de façon inconditionnelle, parce que guidée par le Verbe et régie par le seul souci, par la seule nécessité de la Vie, de la Lumière, de la Vérité; la voix des hommes de la chrétienté fut trop souvent une parole conditionnée par des impératifs mondains partiels et partiaux. La voie du christianisme est métanoia, une voie religieuse et métaphysique empruntant le chemin phénoménologique conduisant à la clairière transcendantale où la communion de l'humain et du divin peut seule s'accomplir; la voie de la chrétienté est une voie religieuse et morale se perdant dans les méandres de l'arbitraire sociopolitique et de la contingence historique et y égarant avec elle ceux qu'elle entraîne. La voix du christianisme s'adresse à l'individu, monte du plus intime en lui, fait appel à ses puissances supérieures, exige de lui le dépassement de soi, sa maturité globale, et, enfin, le conduit vers la plus haute et la plus harmonieuse des communions entre les êtres comme entre les êtres et Dieu lui-même. La voix de la chrétienté, pour sa part, résonne de l'extérieur aux oreilles des masses anonymes, pétrifie les élans de vie, joue avec et manipule les puissances réactives de l'homme, le maintient dans l'immaturité et la dépendance, et, finalement, le plonge dans le plus sombre nihilisme. Enfin, la voie du christianisme est celle de l'Église invisible, de l'incarnation, de la communauté transcendantale et de la non dualité, elle amplifie et intensifie la communion avec la Vie; la voie de la chrétienté est celle de l'Église visible, du formalisme, du collectif institué et des dualismes, elle amplifie et intensifie la fascination pour le monde. Le christianisme est la mission héroïque des minorités insoumises et agissantes, la chrétienté, la mission des peuples assujettis et passifs.