Éditions

code EAN :
9782911199233


Parution : 30/11/1997
format 13x20,5
232 pages
21 euros
» Commander « retour
Email Facebook Twitter Google Plus

La révolution manquée

Jacques Perdu

Edition établie et présentée par Charles Jacquier

«L'erreur tragique de Lénine fut de croire aux "bons chefs" pouvant suppléer à l'insuffisance des masses. Cette erreur, les "héritiers" ne l'ont pas rectifiée, au contraire.»

Ouvrage d'histoire politique et texte de combat, très inspiré par la pensée de Boris Souvarine avec qui l'auteur collabora, cet essai peut être compris comme une critique de la révolution politique, laquelle, pour être seulement politique, dégénère en dictature.

Extrait :

Comme tous les fanatismes, le bolchévisme a cultivé la volupté de l'obéissance passive et spéculé sur la paresse intellectuelle du plus grand nombre. Comme tous les fanatiques, le bolchévik croyait servir un idéal auquel il convenait de sacrifier beaucoup, à commencer de préférence par les individus autres que lui. Par une pente naturelle, tout ce qui semblait contraire à cet idéal, à cet absolu était mauvais. Tout ce qui n'était pas pour, sans restriction, était contre. Tout ce qui gênait dans quelque mesure que ce soit, était à abattre. Pour l'adepte du bolchévisme, comme pour le fanatique religieux, le monde n'a que deux aspects: ce qui sert sa foi, ce qui lui fait obstacle. Il était donc impossible au bolchévisme de tolérer l'expression d'une opinion, si elle n'était pas pleinement approbative, impossible aussi de traiter avec respect un individu exprimant des idées différentes. La foi du bolchévik étant la seule vraie, il avait le devoir d'en assurer le triomphe. Par quel moyen? Par tous les moyens.