Éditions

code EAN :
9782911199707


Parution : 02/12/2005
format 12,5x19
104 pages
14 euros
» Commander « retour
Email Facebook Twitter Google Plus

Voyage en Angleterre

Jules Michelet

Introduction de Jean-François Durand

En 1820, Jules Michelet commence à rédiger un Journal où il relate entre autres, du 5 août au 5 septembre 1834, les principales étapes d'un voyage en Angleterre qui fut pour lui l'occasion de découvrir l'ampleur des bouleversements provoqués par une révolution industrielle.

Cette «grande transformation», dont il est le témoin souvent inquiet et dont il mesure d'emblée les conséquences mondiales, retentira sur l'œuvre en cours de rédaction. Sur l'Histoire de France, bien sûr, mais aussi, une dizaine d'années plus tard, sur Le Peuple, ce classique de l'esprit républicain où l'historien décrit un processus historique de «mécanisation» du monde matériel aussi bien que spirituel, processus qu'il associe au triomphe de «l'économie anglaise» et de son «idéal industriel».

Extrait :

C'est aujourd'hui véritablement que nous avons vu l'Angleterre, les vastes prairies encadrées de beaux arbres, les funny hills, où le soleil douteux de ce pays joue dans les plus douces nuances du vert, égayé de troupeaux. Une de ces pentes sans arbres, sans autre beauté que sa douce verdure, ses troupeaux, échelonnés paisiblement jusqu'à la ligne de l'horizon, me donnait je ne sais quel rêve de paradis. Au milieu de toute cette poésie, je m'avisai (et je le dis tout haut, ce qui, je crois, choqua la jeune dame), que tout cela était une belle manufacture de viande, que la grandeur des Anglais avait été d'être originairement une race de bouchers (le plus grand de tous, Shakespeare, était boucher), vendeurs de laine en Flandre. Cette forte alimentation les a rendus toujours plus avides et entreprenants, les a menés en France, aux Indes, pour piller, leur a donné cette froide énergie d'entreprise.