Éditions

code EAN :
9782351220160


Parution : 09/05/2007
format 15x22
344 pages
24 euros
» Commander « retour
Email Facebook Twitter Google Plus

La cruauté maintenant

Mezioud Ouldamer

«Plus que tous les mercenaires sanglants à sa solde, le capital est lui-même l'instrument de purification par excellence.»

Ce monde nous méprise, il nous bouscule. Hormis le profit, il ne respecte rien. Il nous interpelle en termes grossiers, voire orduriers?... Ce livre prend le parti provocateur de lui répondre sur le même registre. C'est une question de survie!

La crudité – La cruauté – du langage ne doit pourtant pas masquer la lucidité de l'analyse critique qui se développe tout au long de cet ouvrage, et qui pose les fondations de la révolte.

Né en 1951, Mezioud Ouldamer a publié plusieurs ouvrages de critique sociale proches de la critique situationniste, parmi lesquels Le Cauchemar immigré (Editions Gérard Lebovici, 1986).
 

Extrait :

Face à la coupole organisée des maîtres du monde, dont chaque membre «tient dans une seule de ses mains les courroies de transmission de l'univers» (Maïakovski), la masse surprolétarisée moderne, au sens où elle est affectée de et par toutes les tares modernistes, possède et garde un pouvoir inversement proportionnel à son volume total. Elle pèse de la totalité de son poids proche de la nullité; plus elle est nombreuse, innombrable, moins elle compte. Elle ne gît plus en «poches de misère» que la sociologie découvre ici ou là au cours de ses investigations archéosociométriques, mais en nappes continentales inertes. Son inorganisation totale n'est pas un reflet de son manque de conscience mais d'un état de délabrement physique général. Il n'y a plus d'internationale prolétarienne pour unifier les luttes des paysans, des campagnes de Chine aux forêts amazoniennes; il n'est pas certain que le long des côtes de la Baltique morte les marins se parlent encore.