Éditions

Éditions Sulliver : actualité

Email Facebook Twitter Google Plus
 

En exergue

«Alan Beffroi écrit, creuse, cartonne inlassablement son inconscient, mais pour les gens il n'a jamais rien foutu de sa vie, il a juste publié de vagues livres poétiques, des romans un peu déréglés, mais dans ce monde ça ne compte plus… Ouais, on ne lit plus, c’est clair! pense-t-il à voix haute. En revanche, les faux ouvrages éclatent comme des pustules créées de toutes pièces par la Sainte Flibanque…»
Yann Bourven, Beffroi

Guérilla solo

«La langue! Ils en ont plein la bouche, de la langue! Ils la vénèrent comme une institution, quand il faudrait la bousculer – la torturer! – pour lui faire cracher le morceau.»
La guérilla des poètes

«… compagnie compassée des plagiaires de l’imaginaire se rengorgeant devant leurs tours de Babel en papier mâché confectionnées en série, des faussaires du verbe des dévoreurs de clichés dévorés par leur goût dévorant pour le tirage ostentatoire et l’argent facile, subvention et subversion ne font pas bon ménage la culture ministérielle est de celles qu’on administre à forte dose à condition qu’elles sachent se taire…»
La citadelle Espérance

«Hominidé sur le papier mais défense d’introduire dans vos phrases des guetteurs d’être,
Défense d’évoquer serait-ce à mots couverts la présence furtive dans les banlieues du dedans d’émotions alternatives susceptibles de mettre plus radicalement le feu aux foudres.»
Ils ont tué l'albatros

«La suprême adresse consiste à rater continuellement son but. Ainsi l’activité peut-elle être indéfiniment perpétuée. Rien n’est jamais fini. On demeure dans l’enceinte. La menace d’être rejeté hors la grille est habilement entretenue. Elle vous lancine. Vous affaiblit. Mais vous aide, finalement, à vous contenir, première condition pour demeurer contenu. La révolte est mal vue!…»
L'âge de cendre

Toujours d'actualité

«Je reste absolument persuadée que les bons livres concernent un très large public et que c’est pur mépris du peuple de penser que seules des fabrications de bas étage font la graine des best-sellers. Mais il est de la responsabilité de chacun de lutter pour que cette diversité subsiste et que ceux qui la font exister puissent trouver un équilibre économique. La création artistique et littéraire s’est toujours faite contre les forces dominantes de la société et cela n’a pas changé. La censure n’est plus aujourd’hui le fait du prince – elle est économique.»
Colette LAMBRICHS

«Comment nous attarder à des livres auxquels, sensiblement, l’auteur n’a pas été contraint
Georges BATAILLE

«On n’écrit de livre "digne" que: 1) si l’on pense que les livres sur le même sujet ou sur un sujet voisin tombent dans une sorte d’erreur globale (fonction polémique du livre); 2) si l’on pense que quelque chose d’essentiel a été oublié sur le sujet (fonction inventive); 3) si l’on estime être capable de créer un nouveau concept (fonction créatrice).»
Gilles DELEUZE

«Je mesure la grandeur d’une littérature à la force avec laquelle elle dévaste mon être, aux extrêmes vers lesquels elle me pousse, au volume de réalités jusque là contraigantes qu’elle dilue autour de moi.»
Marcel MOREAU