Éditions

Éditions Sulliver : actualité

Email Facebook Twitter Google Plus
 

En exergue

«…pour ma part cette rationalité liberticide, que l’on traîne comme un boulet et qu’on se refile comme un relais pesant et brûlant de génération en génération, m’a crevé les tympans, m’a déchiqueté les yeux, m’a rendu muet, m’a castré les cordes vocales et instinctives; tout semble être fait pour que notre attention soit attirée par l’extérieur, car c’est dangereux pour le système que l'on s’entretienne avec son être.»
Mathias de Breyne, Mourir avec son temps          

Guérilla solo

«…élans et engouements tronqués impulsions réprimées inclinations inavouées attendrissements prohibés, rêvez par opposition au monde qui découlerait de la rupture des digues de l’émotion, une inondation de tous les dangers pour les gardiens du mors et de la bride mais un flux à jamais détendu pour les aficionados du triple galop, là où régnait la mesure percluse et rancie une invitation décomplexée à l’excès, là où la géométrie tatillonne quadrillait nos calendriers le temps lui aussi se fait la belle et entraîne dans la queue de sa cavale nos jours et nos nuits en noire et blanche pagaille, là où les hauts murs des interdits fracturaient les peuples en communautés le méli-mélo des sang-mêlé l’appel d’air du métissage vivifiant par tous ses pores la fusionnelle palette des peaux, là où chaque écart de génération était érigé en barricade l’affairement naturel pour panser les plaies et bosses de l’âge et la multiplication des passerelles et des ponts et nos chers secrets ronronnent sous les regards qui les caressent et le paraître est détrôné par l’apparaître et…»
La citadelle Espérance

«C’est une première nature, un chemin retrouvé qui porte à la rencontre d’un appel jadis entendu, et puis oublié. C’est un souffle familier qui en nous, à notre insu, respirait, un rythme d’évidence, l’écho recouvré de la première assonance. C’est une contrée vaste, sans limites répertoriées, dont l’on s’était trop radicalement séparé pour se retrancher dans les frontières fermées de la peau. C’est une fratrie qui regroupe à l’infini sans rien exclure, ni personne. C’est la mémoire régénérée de l’immémoriale unité…»
Appel au possible

«Détache ta ceinture de sécurité et ton pied du plancher
Détache ton regard de l’écran glauque où tu as vu cent fois la beauté se noyer
Détache une à une comme des tiques les antennes satellites dont la technostructure a hérissé ton crâne
Détache les sangsues d’élevage dont les politiques t’ont institué l’aliment synthétique
Débranche les endoscopes et les palpeurs des sondeurs, dérègle les thermostats de la culture climatisée.»
Ils ont tué l'albatros

Toujours d'actualité

«Un artiste digne de ce nom ne se méprend pas sur le sens de son époque. Il souffre avec elle, il se prononce pour elle, et, sans jouer les Cassandre, il est la conscience du destin collectif où elle est entraînée. Il possède la lucidité; il possède aussi le pouvoir d’expression. Il est plus qu’un miroir ou un écho, il est le présent et l’avenir tout ensemble, et son expérience vivante s’inscrit sur l’expérience collective, pour la comprendre et la dépasser.»
Henri FLUCHÈRE

«Il y a deux sortes d’écrivains, ceux qui racontent leur biographie et ceux qui rendent compte de leur époque.»
F.P. MÉNY

«Il y a dix mille façons de s’occuper de la vie et d’appartenir à son époque. Nous ne sommes pas pour que dans un monde désorganisé les intellectuels se livrent à la spéculation pure. Et la tour d’ivoire nous ne savons plus ce que c’est. Nous sommes pour que les intellectuels entrent eux aussi dans leur époque; mais nous ne pensons pas qu’ils puissent y entrer autrement qu’en lui faisant la guerre.»
Antonin ARTAUD

«Ceux qui importent, ce sont ceux qui mettent leur briquette comme si c’était de la dynamite, en se disant: cette fois l’édifice va péter.»
Pierre MICHON