Éditions

Éditions Sulliver : actualité

Email Facebook Twitter Google Plus
 

Guérilla solo

«… des réducteurs de têtes, ils ne nous accorderont pas un pouce de répit, nous pousser dans nos retranchements semble être le hobby de leurs lobbys, ils nous testent continûment tirent indéfiniment sur la ficelle de notre endurance ne s’interrogent plus ni sur notre patience ni sur notre passivité, elles sont déjà pour eux des avantages acquis…»
La citadelle Espérance

«Je suis… "La Femme", oui. Mais qu’est donc une femme? La putain qu’on vend? La vierge qu’on viole? L’égale qu’on ignore?… Un four? Un puits? Un corridor?… Un dedans ne vaut-il pas un dehors? Ou bien le repos du guerrier justifie-t-il toutes les meurtrissures intérieures?»
Insurrection du verbe être

«La Terre elle-même exténuée. Déficit de pureté. L’écart est trop important entre la délicatesse de la planète et la brutalité de ses habitants.»
La guérilla des poètes

«Laissons s’élever le chant du dedans
Donnons sa chance à cette rengaine refoulée, la révolution c’est elle
Non le rêve de révolution mais la révolution du rêve.»
Ils ont tué l'albatros

Toujours d'actualité

«De la poésie comme du pain? Ce pain devrait grincer sous la dent et réveiller la faim avant de l’apaiser. Et cette poésie devrait avoir le tranchant de la connaissance et l’amertume de la nostalgie pour pouvoir déranger le sommeil des hommes. Car nous sommes vraiment endormis, nous dormons par crainte d’avoir à nous percevoir, nous-mêmes et notre monde.»
Ingeborg BACHMANN

«Il y a dix mille façons de s’occuper de la vie et d’appartenir à son époque. Nous ne sommes pas pour que dans un monde désorganisé les intellectuels se livrent à la spéculation pure. Et la tour d’ivoire nous ne savons plus ce que c’est. Nous sommes pour que les intellectuels entrent eux aussi dans leur époque; mais nous ne pensons pas qu’ils puissent y entrer autrement qu’en lui faisant la guerre.»
Antonin ARTAUD

«Des mots? Quand nous manions des quartiers de monde, quand nous épousons des continents en délire, quand nous forçons de fumantes portes, des mots, ah oui, des mots! mais des mots de sang frais, des mots qui sont des raz-de-marée et des érésipèles et des paludismes et des laves et des feux de brousse, et des flambées de chair, et des flambées de villes…»
Aimé CÉSAIRE

«On n’écrit de livre "digne" que: 1) si l’on pense que les livres sur le même sujet ou sur un sujet voisin tombent dans une sorte d’erreur globale (fonction polémique du livre); 2) si l’on pense que quelque chose d’essentiel a été oublié sur le sujet (fonction inventive); 3) si l’on estime être capable de créer un nouveau concept (fonction créatrice).»
Gilles DELEUZE

Le livre et ses chaînes

Probablement la fameuse "chaîne du livre" est-elle un peu rouillée. Ou bien des maillons forts ont-ils trouvé le moyen de l'utiliser à leur profit exclusif. Toujours est-il que les maillons faibles ont bien du mal à ne pas craquer.
Vous qui nous rendez visite sur ce site, si vous y avez trouvé ce que vous étiez venu(e) y chercher, alors un mot, un lien, un conseil de lecture adressés à un(e) ami(e) que vous saurez sensible aux textes et aux valeurs que nous défendons et ce maillon d'attention et de partage pourrait être l'amorce d'une nouvelle chaîne. Une chaîne autrement fiable. Résistante!