Éditions

Éditions Sulliver : actualité

Email Facebook Twitter Google Plus
 

Site protégé

Sur ce site, aucun cookie, pas de pistage publicitaire. Naviguez tranquilles.

Brèves de conscience

Bel ouvrage que ce stagoulag néolibéral, la parole productiviste y moutonne à l’infini, nulle gorge nulle coulée où pourrait s’infiltrer la glande salivaire. J’en imprime mes organes, j’en prends note dans mes chairs.

Des dealers d’opinion propagent sur tous les territoires l’addiction à la parole muette, du sens commun magnifiant démesurément l’adjectif et vidant à grands seaux le substantif de sa substance: experts attitrés du polissage des esprits, recadreurs de mots, encadreurs d’images; icônes, bateleurs, histrions –vedettes– habiles montreurs de la marionnette de soi-même.

À qui profite le crime de la défiguration du réel? Ils l’ignorent mais en nous une force travaille. Cachée derrière celle des ânonnements et des acquiescements, une bouche crache en secret sur leur logomachie dont la morgue nous tient en marge.

Toujours d'actualité

«Il y a dix mille façons de s’occuper de la vie et d’appartenir à son époque. Nous ne sommes pas pour que dans un monde désorganisé les intellectuels se livrent à la spéculation pure. Et la tour d’ivoire nous ne savons plus ce que c’est. Nous sommes pour que les intellectuels entrent eux aussi dans leur époque; mais nous ne pensons pas qu’ils puissent y entrer autrement qu’en lui faisant la guerre.»
Antonin ARTAUD

«Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir.»
Aimé CÉSAIRE

«Un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous.»
Franz KAFKA

«… parce que être poète, de nos jours, c’est vouloir de toutes ses forces, de toute son âme et de toute sa chair, face aux fusils, face à l’argent qui lui aussi devient un fusil, et surtout face à la vérité reçue sur laquelle nous, poètes, avons une autorisation de pisser, qu’aucun visage de la réalité humaine ne soit poussé sous le silence de l’Histoire.»
Sony LABOU TANSI