Éditions

Éditions Sulliver : actualité

Email Facebook Twitter Google Plus
 

Site protégé

Sur ce site, aucun cookie, pas de pistage publicitaire. Naviguez tranquilles.

Brèves de conscience

Malheur à nous qui avons soumis le rythme à l’algorithme, nous qui avons refait le monde en roues en ponts et en fils à plomb, avons comptabilisé le vivant, aménagé le territoire et hiérarchisé l’intellect.

Nous qui avons institué en idiome dominant la langue mathématique et l’avons incitée à ensemencer le corps de notre poésie.

Malheur sur nous si nous demeurons prisonniers des tentacules de cette pieuvre opératoire, malheur sur nous si dans la nuit de notre raison nous ne sommes capables de faire leur part aux phares de la folie pour nous orienter vers de nouveaux ports.

Ce réel redécoupé nous a coupés de notre réalité, il nous faut le combattre sans relâche sans merci, à bas le réel abats le réel à balles réelles.

Toujours d'actualité

«Si les négriers ont physiquement disparu de la scène du monde, on peut s’assurer qu’en revanche ils sévissent dans l’esprit où leur "bois d’ébène" ce sont nos rêves, c’est plus de la moitié spoliée de notre nature, c’est cette cargaison hâtive qu’il est encore trop bon d’envoyer croupir à fond de cale.»
André BRETON

«Les besoins d’un être humain sont sacrés. Leur satisfaction ne peut être subordonnée ni à la raison d’État, ni à aucune considération soit d’argent, soit de nationalité, soit de racines, soit de couleur, ni à la valeur morale ou autre attribuée à la personne considérée, ni à aucune condition quelle qu’elle soit.»
Simone WEIL

«Dans les décombres d’une civilisation où s’accumule une technologie le plus souvent employée à la ruiner, le seul choix qui nous reste est le bonheur de créer sans réserve. La naissance de l’humanité inaugure l’ère des créateurs.»
Raoul VANEIGEM

«Je mesure la grandeur d’une littérature à la force avec laquelle elle dévaste mon être, aux extrêmes vers lesquels elle me pousse, au volume de réalités jusque là contraignantes qu’elle dilue autour de moi.»
Marcel MOREAU