Éditions

Instagram
Email Facebook
 

Éditions Sulliver : Littératures écologiques

La matière de mon esprit?
Taillé dans le tissu de l’époque,
Le traditionnel tissu conjonctif temporel, aujourd’hui perverti,
Taillé dans le nuage de dioxyde de carbone, tissu industriel et urbain,
Taillé dans le dôme de chaleur, trame inaltérable ourdie par les petites mains de l’araignée climatosceptique,
Taillé dans la panique subdésertique, dans la pénurie hydrique et les ronciers anémiques,
Dans les sautes d’humeur du Gulf Stream, dans les retours de flamme incongrus du vieux général Hiver...
André Bonmort, Dernier délire du singe savant

Les autres espèces ont disparu. Nous sommes les seuls organismes vivants sur la Terre. Il paraît que ça s'appelle l'évolution. Il paraît que l'homme est un être évolué. Il paraît que notre existence s'est considérablement améliorée grâce aux avancées technologiques il paraît. Il paraît que notre atmosphère est stérilisée notre quotidien rentabilisé notre avenir tracé. Il paraît que notre vie est idéale. Il paraît que c'est le bonheur.
Rozenn Guilcher, Futura

Alors, comme ça, tout laisser en plan comme on laisse son chien sur une aire d’autoroute, je ne peux pas. On n’a pas le droit. La Centrale n’a jamais demandé à naître, c’est nous les parents, les sorciers. Alors ça va. Je veux dire, il ne faut pas non plus se voiler la face, si on a construit des Centrales nucléaires c’était comme un aveu. L’accord tacite pour un suicide collectif. J’estime qu’on n’a pas le droit de changer d’avis.
Sandrine Bourguignon, Nous sommes la meute pas le troupeau

Dobeuliou Création sites Internet Marseille Dobeuliou Création Internet Marseille