Éditions

Instagram
Email Facebook
 
code EAN :
9782351223406


Format 13x20
80 pages
8 euros

» Commander « retour
Email Facebook

Dernier délire du singe savant

André Bonmort

Il prend à témoin l’ancêtre Lucy, fragile mémoire d’un lien naturel qui aujourd’hui se délite entre nos mains.
Il invoque Lucifer, maître incontestable de notre monde dangereusement aspiré par les forces descendantes.
Il cherche dans d’hypothétiques futurs des raisons d’espérer contre toute raison…
Le singe savant, qui s’était forgé de lui-même «l’image glorieuse du double sapiens en pied», se voit confronté à la réalité de sa condition, primate du XXIe siècle désespérant de son humanité. Pour seul refuge la dérision, pour seul recours la poésie.

Élaborant le récit d’une conscience en rupture, proposant une autre grille de lecture de notre époque, les livres d’André Bonmort visent à briser les schémas mentaux dominants, appellent à rétablir dans ses droits la cohésion du vivant.

 

Presse :

Un texte d'une finesse poétique majeure utilisant la force des mots pour établir le constat cruel des échecs de l'humanité.
André Bonmort (nom de plume?) nous offre sous couvert d'un verbe d'une stupéfiante beauté, un "catalogue" de nos échecs et de nos errances destructrices.
Ce qu'il décrit, à vrai dire nous le connaissons tous: la pollution/destruction de notre planète, notre cruelle attitude envers le règne animal que nous martyrisons sans pitié, la perte de notre liberté entravée par les chaînes des réseaux sociaux, la violence intrinsèque de l'homme et son amour de la guerre ou encore le drame des réfugiés.
Avec cette impitoyable construction poétique, le tableau présenté par André Bonmort s'avère bien plus effrayant que les ouvrages scientifiques publiés avec moult statistiques et noires prévisions.
Alors me direz-vous s'agit-il d'un cri de désespoir?
Non car une chose toute simple, évidente et toujours constante à sauvé l'humanité: la Beauté...

Allen Miéville - Attrapelivre

La poésie grinçante d'André Bonmort égratigne l'homme et ses dérives.
Une poésie de révolte qui coule comme du miel sous le trait acide et qui ne manque ni d'ardeur, ni d'humour.
Le singe savant vous l'aurez certainement reconnu et autant vous le dire tout de suite: il va "prendre cher"!
Je ressens parfois une sorte de frustration face à ce que nous faisons à la nature, une impossibilité à exprimer oralement ces émotions qui me perturbent…
André Bonmort pose les mots justes avec tellement de lucidité, je m'y reconnais bien malgré moi et même si je fais beaucoup d'efforts. Je sais pertinemment qu'ils ne sont pas suffisants, peut-on vraiment lutter contre notre nature de singe savant qui veut tout dominer, pour être celui qui finit par casser ses "jouets" et même si ça lui coûte la vie?
Le constat est accablant.
Alors bien sûr que ça bouscule, la poésie est faite de ça d'idées qui bousculent, de mots qui visent le cœur.
Je suis contente d'avoir renoué aussi sauvagement avec la poésie, c'est une belle rencontre malgré les thématiques lourdes et la somme de futurs gâchés par notre suffisance.
À travers sa poésie engagée, André Bonmort nous questionne et nous met face à nous-même en nous demandant d'être plus humbles vis-à-vis du monde qui nous entoure…

Céline Housez - Rédactrice

Il est toujours enthousiasmant de voir que la littérature peut vivre sous des formes et dans des maisons d’éditions hors des grandes institutions qui ont tendance à nous imposer un non choix commercial.
Philippe Louchet - Philitterature

 

Extrait :

La matière de mon esprit?
Taillé dans le tissu de l’époque,
Le traditionnel tissu conjonctif temporel, aujourd’hui perverti,
Taillé dans le nuage de dioxyde de carbone, tissu industriel et urbain,
Taillé dans le dôme de chaleur, trame inaltérable ourdie par les petites mains de l’araignée climatosceptique,
Taillé dans la panique subdésertique, dans la pénurie hydrique et les ronciers anémiques,
Dans les sautes d’humeur du Gulf Stream, dans les retours de flamme incongrus du vieux général Hiver,
Dans les trombes dévastatrices des nouveaux déluges,
Taillé dans l’amaigrissement des troupeaux de défenses d’éléphants, dans le dernier décompte des rayures du zèbre,
Dans l’interminable procession des forums, colloques et symposiums pour la protection des index et des ibidem,
Dans l’ordinaire de la pollution alimentaire,
Taillé dans le respect sans concession du dogme nécrolibéral,
Dans le produit intérieur brutal,
Dans la spéculation sur les céréales,
Made in intermédiations financières illimitées et frontières barbelées,
Taillé dans la guerre en majesté, son horizon vertical,
Taillé au droit des amputations et infirmités,
Taillé dans le vif du corps social,
Famines et misères cousues bord à bord,
Tissu cellulaire doublé du tissu de mensonges et d’inepties des thanatopracteurs du pire,
Taillé dans la variable d’ajustement du coefficient d’extinction,
Dans le bourdonnement sourd du sanglot sanguin qui parcourt les espèces,
Resserre de ses contractions les mailles sournoises de la zoonose,
Rapproche implacable la mort de l’homme et celle du petit cheval,
Taillé dans l’incontinence cérébrale
Qui fait de la bouche le sphincter de la parole.

petit nuage
péril sur le vivant ◦ urgence climatique ◦ littérature écologique ◦ conte philosophique ◦ extinction ◦ roman-poème ◦ évolution des espèces ◦ anticapitalisme ◦ critique sociale ◦ satire poétique ◦ ◦ pamphlet poétique
Dobeuliou Création sites Internet Marseille Dobeuliou Création Internet Marseille